Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #rentree des classes catégorie

2007-08-30T10:13:00+02:00

Une veille de rentrée (conte, liens et poèmes pour l'école)

Publié par Joce


Il paraît que la rentrée des classes approche ? 

J’ai du mal à le croire. Je ne suis pas prête !

J’ai du soleil plein les yeux.

Heureusement, il y a mes histoires,

grâce à elles, je vais pouvoir rêver encore un peu.

          La rentrée

ce sera pour plus tard !

Bien plus tard !

 

Voici une histoire sur Philagora :
Une veille de rentrée


 

D'autres histoires
  sur le même thème (même auteur) :

  La fée de la rentrée

Une règle magique pour la rentrée 

 



D'autres textes :

*Une rentrée des classes en 1882

*La rentrée vue par Anatole France

 

La rentrée au c.p.

à l'Ecole des parents

       

* La rentrée des classe

chez Chtiloulou 

(fiches pour l'école)


 

Chez Hugo l'escargot

une histoire de vacances

à colorier !!!

Des vacances de rêve

Cliquez sur l'image !

Des jeux, tirés de cette histoire

à télécharger

chez Isabelle Gribout :

Mon petit monde en couleurs


 

 

 

Odeur des pluies de mon enfance
René-Guy Cadou


Odeur des pluies de mon enfance
Derniers soleils de la saison !
A sept ans comme il faisait bon,
Après d'ennuyeuses vacances,
Se retrouver dans sa maison !

La vieille classe de mon père,
Pleine de guêpes écrasées,
Sentait l'encre, le bois, la craie
Et ces merveilleuses poussières
Amassées par tout un été.

O temps charmant des brumes douces,
Des gibiers, des longs vols d'oiseaux,
Le vent souffle sous le préau,
Mais je tiens entre paume et pouce
Une rouge pomme à couteau.

 

 

 

Rentrée des classes

 Anne SCHWARZ-HENRICH

 

Le village a voilé

Son regard de tristesse.

Le nuage a caché

Son soleil en détresse.

 

Les écoliers grelottent

Dans la cour de l'école,

Ils ont la mine pâlotte

Et les jambes qui flageolent.

 

Tout courbés sous le poids

De cartables géants,

Ils promènent cent fois

Leur lourd sac de tourments.

 

Car revoilà le temps

Où l'oiseau envolé

Re-volète dans le rang

Avec le bec cloué.

 

 


 

L'école
Maurice Carême

L'école était au bord du monde,
L'école était au bord du temps.
Au dedans, c'était plein de rondes ;
Au dehors, plein de pigeons blancs.


On y racontait des histoires
Si merveilleuses qu'aujourd'hui,
Dès que je commence à y croire,
Je ne sais plus bien où j'en suis.


Des fleurs y grimpaient aux fenêtres
Comme on n'en trouve nulle part,
Et, dans la cour gonflée de hêtres,
Il pleuvait de l'or en miroirs.


Sur les tableaux d'un noir profond,
Voguaient de grandes majuscules
Où, de l'aube au soir, nous glissions
Vers de nouvelles péninsules.


L'école était au bord du monde,
L'école était au bord du temps.
Ah ! que n'y suis-je encor dedans
Pour voir, au dehors, les colombes !

 

 

 

 

C'est la rentrée
Sylvie Poillevé

Vite, vite, il faut se presser
Le réveil a déjà sonné!

 

Un peu raplapla,  
Toilette de chat.

 

Petit déjeuner,
Très vite avalé.

 

Cheveux en pétard,  
Un peu dans le brouillard.

 

On file comme l'éclair,  
Chaussettes à l'envers.
 

 

Vite, vite, il faut se presser,  
C'est la rentrée!

 




C'est la rentrée  
Christian Merveille
 
Cartable nouveau,  
Joli manteau,  
Livres, cahiers  
Et beau plumier...  
Cloche a sonné,  
Un gros baiser,  
Il faut y aller :  
C'est la rentrée !  
 



La rentrée

Jean-Luc Moreau


Un oiseau chantonne

Un air de Mozart

Que le vent d'automne

Emporte au hasard.

Bernard et Nicole,

La main dans la main,

Ont pris de l'école

Le joli chemin.

On voit sous les pommes

Crouler les pommiers.

Les crayons, les gommes

Sortent des plumiers.

Le ciel est morose :

Il verse des pleurs...

Mais Rosa-la-rose

Est toujours en fleurs.

 

 

A l'école du buisson
Pierre Menanteau


Marinette est à l'école :
Elle vole, vole, vole
Sur les ailes d'un bourdon.

Vite, on ouvre la fenêtre :
Un pinson alors pénètre
Sur des ailes de chanson.

Vite on ferme la fenêtre :
Mais l'œil voit l'escarpolette
D'une araignée au plafond.

Ah ! L'écolière parfaite
Que vous êtes, Marinette,
A l'école du buisson !


Un enfant a dit
Raymond Queneau


Un enfant a dit
Je sais des poèmes
Un enfant a dit
Ch'sais des poasies

Un enfant a dit
Mon cœur est plein d'elles
Un enfant a dit
Par cœur, ça suffit.

Un enfant a dit
Ils en savent des choses
Un enfant a dit
Et tout par écrit.

Si l'poète pouvait
S'enfuir à tire d'aile
Les enfants voudraient
Partir avec lui.

 

 

 

L’ECOLIER
Raymond Queneau


J’écrirai le jeudi j'écrirai le dimanche
quand je n'irai pas à l'école
j'écrirai des nouvelles j'écrirai des romans
et même des paraboles
je parlerai de mon village je parlerai de mes parents
de mes aïeux de mes aïeules
je décrirai les prés je décrirai les champs
les broutilles et les bestioles
puis je voyagerai j'irai jusqu'en Iran
au Tibet ou bien au Népal
et ce qui est beaucoup plus intéressant
du côté de Sirius ou d'Algol
où tout me paraîtra tellement étonnant
que revenu dans mon école
je mettrai l'orthographe mélancoliquement.

 

 

Mon stylo

Robert Gélis


Si mon stylo était magique,
Avec des mots en herbe,
J'écrirais des poèmes superbes,
Avec des mots en cage,
J'écrirais des poèmes sauvages.

 

Si mon stylo était artiste,
Avec les mots les plus bêtes,
J'écrirais des poèmes en fête,
Avec des mots de tous les jours,
J'écrirais des poèmes d'amour.

 

Mais mon stylo est un farceur
Qui n'en fait qu'à sa tête,
Et mes poèmes, sur mon cœur,
Font des pirouettes.


 


 

Mes pantoufles

Anne Marie CHAPOUTON

 

Mes pantoufles sont en or,
En velours, en soie des Indes.
Mes pantoufles sont des fées
Qui m'attendent sans bouger.
Quand je rentre de l'école,
Avec une cabriole,
Je les enfile à mes pieds.
Mes pantoufles sont en or,
En velours, en soie des Indes.
Mes pantoufles sont des fées
Qui chauffent mes petits pieds.

 

 


 

 A propos de chèvre,

voici la très belle histoire d'Alphonse Daudet,

illustrée par Virginie Flores :

 La chèvre de M. Seguin

* Exploitation de l'album "La chèvre de M.Seguin (ac.Cermont)



 

  Et mon cadeau pour cette rentrée... un air de jazz :

    The Children's World (Sébaj)




Retour à l'accueil

Voir les commentaires

2006-08-12T12:47:00+02:00

Une règle magique pour la rentrée ? (conte, liens et poèmes pour l'école)

Publié par Joce
La photo de mon école...
Ma classe est à droite.

Une photo de classe, plus ancienne...
nostalgie, nostalgie !


S’il faut croire les nombreux étalages des magasins,
la rentrée des classes
approche à grands pas !

Les vacances sont presque finies
et je ressens un petit pincement au coeur, comme lorsque j'étais enfant.

J'ai écrit "Une règle magique pour la rentrée",
en pensant à mon neveu Florent.
            Ce n'est pas tout à fait lui et pourtant...


Voici le lien à suivre pour lire l'histoire :



              

 

 

 

L'air en conserve

Jacques CHARPENTREAU

 

Dans une boîte, je rapporte

Un peu de l'air de mes vacances

Que j'ai enfermé par prudence.

Je l'ouvre ! Fermez bien la porte

 

Respirez à fond ! Quelle force !

La campagne en ma boîte enclose

Nous redonne l'odeur des roses,

Le parfum puissant des écorces,

 

Les arômes de la forêt...

Mais couvrez-vous bien, je vous prie,

Car la boîte est presque finie :

C'est que le fond de l'air est frais.

 


Mon cartable
Pierre Gamarra


Mon cartable sent la pomme,
le livre, l'encre, la gomme
et les crayons de couleur.

Mon cartable sent l'orange,
le bison et le nougat,
il sent tout ce que l'on mange

et ce qu'on ne mange pas.

La figue, la mandarine,
Le papier d'argent ou d'or,
et la coquille marine,
les bateaux sortant du port.

Les cow-boys et les noisettes,
la craie et le caramel,
les confettis de la fête,
les billes remplies de ciel.

Les longs cheveux de ma mère
et les joues de mon papa,
les matins dans la lumière,
la rose et le chocolat.

Le cartable d'Annabelle

Hélène BENAIT

 

Le cartable d'Annabelle
Aime les livres.
Il avale en cachette
Tous ceux de la bibliothèque.

 

Le cartable d'Annabelle
Se régale de fables,
D'albums colorés,
De romans policiers.

 

Il connait le nom des fleurs,
Des villes et des étoiles.
Il n'est jamais seul,
Il a beaucoup d'amis,
Les livres en sont remplis.

 

 

Un enfant veut répondre

Paul Vincensini


Un enfant veut répondre
Il a levé le doigt
Dans une vieille école
Qui n'existe plus.
La neige a fondu sous les bancs
Il fait chaud comme à l'écurie
Et l'instituteur
A souligné tous les verbes à la craie bleue.
L'enfant qui veut répondre
Fait claquer ses doigts
Tachés d'encre violette
Dans la vieille école
Qui n'existe plus.

 

 

 

Le cartable rêveur
 Carl Norac

Pendant que tu étais
Sur la plage, cet été,
Ou bien dans la forêt,
As tu imaginé
Que ton cartable rêvait ?
Il rêvait d'avaler
Des crayons, des cahiers,
Puis d'aller comme on vole,
Sur le chemin de l'école.
 

 

 

L'enfant qui battait la campagne

Claude Roy

 

 

Vous me copierez deux cents fois le verbe:

Je n'écoute pas. Je bats la campagne.

Je bats la campagne, tu bats la campagne,

Il bat la campagne à coups de bâton.

 

La campagne ? Pourquoi la battre ?

Elle ne m'a jamais rien fait.

 

C'est ma seule amie, la campagne,

Je baye aux corneilles, je cours la campagne.

 

Il ne faut jamais battre la campagne :

on pourrait casser un nid et ses œufs.

 

On pourrait briser un iris, une herbe,

On pourrait fêler le cristal de l'eau.

 

Je n'écouterai pas la leçon.

Je ne battrai pas la campagne.

 

 

 

Mon joli dessin

Anne SCHWARZ-HENRICH

 

Je mets dans mon tableau,

Sur une feuille de brouillon,

Mille feuilles au bouleau,

Deux ailes au papillon.

 

Puis les ailes au pinceau

Font les plumes aux pinsons,

Une cascade au ruisseau,

Des nageoires aux poissons.

 

Je dessine une maison

De pur style « Rococo »

J'y place en location...

Monseigneur l'Escargot !

 

 

Pour dessiner un bonhomme

Maurice carême

 

Deux petits ronds dans un grand rond.
Pour le nez, un trait droit et long.
Une courbe dessous, la bouche.
Et pour chaque oreille, une boucle.
 
Sous le beau rond, un autre rond
Plus grand encore et plus oblong.
On peut y mettre des boutons :
Quelques gros points y suffiront.
 
Deux traits vers le haut pour les bras
Grands ouverts en signe de joie,
Et puis deux jambes, dans le bas,
Qu'il puisse aller où il voudra.
 
Et voici un joli bonhomme
Rond et dodu comme une pomme
Qui rit d'être si vite né
Et de danser sur mon papier.

 

 

Collages

Jean Rivet

 

Le petit garçon avait dessiné une maison ;

la première partie, faite au printemps, en était très bleue avec un nuage bien blanc ;

la seconde, dessinée en été, éclatait de soleil ;

la troisième, conçue en automne, était couverte de feuilles d’arbre mortes ;

et la dernière partie était tout enneigée.

 

Le petit garçon, dans son tableau, avait aussi collé du jour, de la nuit noire ou étoilée,

des semailles et des moissons.

Il y avait également une mère, un père, des enfants, un chien et des oiseaux.

Enfin, il avait ajouté du bonheur et des larmes.

 

 

 

L'araignée

Jean Féron

 

Dans la classe

pas une mouche ne vole

"Pauvre araignée à la fenêtre

de quoi vis-tu?

 

- Je vis du regard des enfants

qui me nourrissent de questions :

"Araignée savante

explique-nous la géométrie!"

"Araignée horlogère

est-il bientôt l'heure de la sortie?"

"Araignée chasseresse

capture-nous des vacances vivantes!"

 

Et la nuit venue

dans la classe vide

l'araignée en bave

à filer son hamac

pour prendre du bon temps. 

 

 

Tache d’encre

Anne Marie HALL-RICQ

 

La mauvaise humeur a débordé de l'encrier.

Pourquoi ce désastre ?

La plume a-t-elle frémi d'impatience,

s'ennuyant de ne pouvoir glisser sur le papier ?

Peut-être que l'encre n'arrivait plus à se tenir

tranquille, décelant la tempête dans le cerveau ?

S'est-elle prise pour une mer agitée, un tourbillon,

un court-bouillon ou un bouillon de culture ? 

 

 

La bouteille d'encre

Maurice Carême

 

D'une bouteille d'encre,
On peut tout retirer :
Le navire avec l'encre,
La chèvre avec le pré,

La tour avec la reine,
La branche avec l'oiseau,
L'esclave avec la chaîne,
L'ours avec l'Esquimau.

D'une bouteille d'encre,
On peut tout retirer
Si l'on n'est pas un cancre
Et qu'on sait dessiner

 

 

POEME AU FOND DU PLUMIER              

Michel MONNEREAU
 
Un peu d'enfance bouge encore
sous les copeaux de crayon
et la gomme désœuvrée.
 
Un peu d'enfance
avec ses taches d'encre
sur les doigts minuscules.
 
Un peu d'enfance sort du plumier
un jour de retrouvailles
au fond d'un dimanche de pluie.
On la berce jusqu'au soir
comme un rêve inachevé
car elle nous ressemble encore un peu.
 

 

Le cahier  

Maurice CAREME

 

Comme il entrouvrait son cahier,
Il vit la lune  
S'emparer de son porte-plume.
De crainte de la déranger,
Il n'osa pas même allumer.
 
Bien qu'il eût désiré savoir
Ce qu'elle écrivait en secret,
Il se coucha
Et la laissa là, dans le noir,
Faire tout ce qu'elle voulait.
 
Le lendemain,
Son cahier lui parut tout bleu.
Il l'ouvrit.  
Une main traçait des signes si curieux
Qu'elle faisait en écrivant
Redevenir le papier blanc.

 

 

L’écolier
Raymond Queneau

J’écrirai le jeudi j'écrirai le dimanche
quand je n'irai pas à l'école
j'écrirai des nouvelles j'écrirai des romans
et même des paraboles
je parlerai de mon village je parlerai de mes parents
de mes aïeux de mes aïeules
je décrirai les prés je décrirai les champs
les broutilles et les bestioles
puis je voyagerai j'irai jusqu'en Iran
au Tibet ou bien au Népal
et ce qui est beaucoup plus intéressant
du côté de Sirius ou d'Algol
où tout me paraîtra tellement étonnant
que revenu dans mon école
je mettrai l'orthographe mélancoliquement

 

Plume

Anne Marie HALL-RICQ

 

Elle chatouille,

grattouille,

égratigne la page

et les personnages.

Plume d'oie,

légère et frémissante,

pour livrer les confidences.

Pointe de fer,

pour lancer

les messages.

Parfois précieuse,

elle est en or.

 

 

Pirouettes de mots

Anne SCHWARZ-HENRICH

 

Je vois bondir les mots,

Je crois qu’ils font la fête,

Ils ont bu, du stylo,

L’encre bleue, l’encre verte !

 

Ils s’étalent, remplis d’« o »,

De vie… et ils pirouettent

Sur la page, au recto,

Au verso, que c’est chouette !

 

Quand soudain… dans les mots,

Plus de queue, ni de tête…

C’est parce que le stylo

A séché ! Que c’est bête !

 

 

L'éléphantastique

Michel-François LAVAUR

 

Ils jouaient dans la classe
avec les mots et les images.
ils apprivoisaient
peu à peu le langage.
Ils faisaient des charades
Des rébus des comptines
des bouts-rimés des ascrostiches
et des calligrammes.
Ils dessinaient tout un bestiaire
d'oiseaux quadrupèdes
velus ou bicéphales
des martaureaux et des cerfeuilles
des serpaons des escorgorilles.
C'est ainsi qu'il est né
avec sa trompe longue
de papillon et ses huit pattes frêles
l'éléphantastique.

 










 

Voir les commentaires

2005-08-16T22:28:00+02:00

La fée de la rentrée (conte et poèmes pour l'école)

Publié par Joce


«Quand Lili et maman quittèrent la maison, ce matin-là, il faisait frais. Ce n’était pas une journée ordinaire qui commençait.... Aujourd’hui, c’était la rentrée !  
 Pour la première fois,  la petite fille prenait le chemin de l’école, un cartable tout neuf sur le dos. Elle frissonna de froid et de peur aussi.    
 Sa mère la regarda avec tendresse et lui dit :  
  _ Ne soit pas inquiète, ma chérie: tout ira bien.  
 Puis elle ajouta, mystérieuse :  
 _ J’ai un secret à te confier… Je suis une fée et je vais te conduire dans un pays que tu ne connais pas encore : Un royaume où les enfants sont heureux car ils lisent dans des livres magiques… »

Pour lire cette histoire de rentrée, il faut suivre le lien suivant :






Au revoir

Corinne Albaut

 

Au revoir papa, au revoir maman !
Je suis un grand maintenant.
J'ai mes copains et j'ai ma classe,
A l'école, j'ai ma place.
Je fais des tas de choses sans vous
Et je ne vous raconte pas tout,
Mais j'aime bien vous retrouver
A la fin de la journée

 

 

 

Les habits neufs

Corinne Albaut

 

Pour le jour de la rentrée
Maman m'a acheté
Un pantalon rayé,
Un pull tout bariolé,
Une nouvelle ceinture,
Une paire de chaussure.
Planté devant la glace,
Je me regarde en face.
Avec ces cheveux courts
Et ce blouson en velours,
Est-ce vraiment moi
Ce grand garçon là ?
Je ne me reconnais pas !

 

 

Le jour de la rentrée
Gwénaëlle Boulet

D'abord je me HOP HOP du bon pied,
puis je gloup gloup mon petit déjeuner.
Je pschitt bien mes dents
et je smack smack papa, maman.
À l'école je ne oin oin même pas,
mais je bonjour bonjour tout le monde !
Je LALALALALA des chansons en faisant la ronde,
mais je chutttttttt aussi pour écouter la maîtresse.
Tout à coup, dring dring, l'école est terminée.
Je retrouve maman
et je lui smack smack des baisers.
Puis je lui blablablablabla toute ma journée.
Pffff ! C'est fatigant, la rentrée !
Ce soir, c'est sûr, je vais ronpschit ronpschit sans discuter !




La blanche école où je vivrai

 René Guy Cadou

 

La blanche école où je vivrai

N'aura pas de roses rouges 

Mais seulement devant le seuil

Un bouquet d'enfants qui bougent

On entendra sous les fenêtres

Le chant du coq et du roulier;

Un oiseau naîtra de la plume

Tremblante au bord de l'encrier

Tout sera joie! Les têtes blondes

S'allumeront dans le soleil,

Et les enfants feront des rondes

Pour tenter les gamins du ciel.


 

L'école
Maurice Carême


L'école était au bord du monde
L'école était au bord du temps.
Au dedans c'était plein de rondes
Au dehors plein de pigeons blancs.


On y racontait des histoires
Si merveilleuse qu'aujourd'hui
Dès que je commence à y croire
Je ne sais plus bien où j'en suis.


Des fleurs y grimpaient aux fenêtres
Comme on n'en trouve nulle part,
Et dans la cour gonflée de hêtres
Il pleuvait de l'or en miroirs


Sur les tableaux d'un noir profond,
voguaient de grandes majuscules
Oui, de l'aube au soir nous glissions
vers de nouvelles péninsules.


L'école était au bord du monde,
L'école était au bord des temps.
Ah ! Que ne suis-je encor dedans
Pour voir, au dehors les colombes !

 

 

Locataires
Jean-Luc Moreau


J'ai dans mon cartable
(C'est épouvantable !)
Un alligator
Qui s'appelle Hector.


J'ai dans ma valise
(Ca me terrorise !)
Un éléphant blanc
Du nom de Roland.


J'ai dans mon armoire
(Mon Dieu, quelle histoire !)
Un diplodocus
Nommé Spartacus.


Mais pour moi le pire,
C'est sous mon chapeau
D'avoir un vampire
Logé dans ma peau.

 


 

 

L'Avenir

Pierre Gamarra

 

Les platanes de l'école

se recouvrent d'encre bleue

et de réglisse.

Dans la rue, les enfants glissent.

On voit sauter les cartables

le long des trottoirs.

Des alphabets et des fables

se répandent dans le soir.

Des verbes de toute sorte

et des chiffres par milliers

s'échappent des fins cahiers

et courent de porte en porte.

En classe, les rois s'endorment,

même Vercingétorix

referme ses yeux d'onyx.

Jeanne d'Arc ne bouge plus,

Pasteur étouffe un bâillement.

Un chien gémit, des télés

bavardent dans les maisons.

Les enfants balancent

leurs cartables lourds.

Les vieux rois s'endorment,

les enfants sautillent.

L'avenir commence

d'une porte à l'autre.

 

 

A l'école aux quatre vents

Georges Jean

 

A l'école aux quatre vents,
Tu ne vois pas passer le temps.

Quand souffle le vent du Nord,
Il fait froid et tu t'endors.

Quand souffle le vent du Sud,
Ton cœur n'est pas à l'étude.

Quand arrive le vent de l'Est
Tu t'appliques, je l'atteste.

Mais quand vient le vent d'Ouest,
Tu files par le Far West. ...

 

 

Ecolier dans la lune

Alain Boudet

 

A l'école des nuages
On découvre des pays
Où nul n'est jamais parti
Pas même les enfants sages

Le soleil avec la pluie
L'orage avec l'accalmie
La météorologie
Bouscule le temps, les visages
Et les couleurs de ,os cris
Dans la cour de nos éclaircies

Les oiseaux n'ont pas d'histoires
Les arbres n'ont pas d'ennuis
A l'école des nuages
Aucun enfant n'est puni
Les rêves tournent les pages
Aucune leçon ne t'ennuie
C'est l'école des nuages
Elle t'ouvre sur la vie.

 

 

 

La cour de mon école

Jean-Luc Moreau

 

La cour de mon école

Vaut bien, je crois,

La cour de Picrochole,

Le fameux roi :

Elle est pleine de charme

Haute en couleur ;

On y joue aux gendarmes

Et aux voleurs ;

Loin des Gaulois, des Cimbres

Et des Teutons,

On échange des timbres,

A croupetons ;

Des timbres des Antilles,

De Bornéo...

Et puis on joue aux billes

Sous le préau.

Qu'on ait pris la Bastille,

C'est merveilleux,

Mais que le soleil brille,

C'est encore mieux !

Orthographe et problèmes

Sont conjurés.

Ecole, ah ! que je t'aime

A la récré !

 

 

 SANS FAUTE

Jacques PREVERT
 
C'est ma faute
c'est ma faute  
c'est ma très grande faute d'orthographe
voilà comment j'écris
giraffe.
 
J'ai eu tort d'avoir écrit cela autrefois
je n'avais pas à me culpabiliser
je n'avais fait aucune phaute d'ortografe
j'avais simplement écrit giraffe en anglais.

 

 

Le cancre
Jacques Prévert


Il dit non avec la tête
mais il dit oui avec le cœur
il dit oui à ce qu’il aime
il dit non au professeur
il est debout
on le questionne
et tous les problèmes sont posés
soudain le fou rire le prend
et il efface tout
les chiffres et les mots
les dates et les noms
les phrases et les pièges
et malgré les menaces du maître
sous les huées des enfants prodiges
avec des craies de toutes les couleurs
sur le tableau noir du malheur
il dessine le visage du bonheur.

 

 

Parfois je rêve…

Erhard Dieil

 

Parfois, je rêve que je suis

Un astronaute.

Je me pose avec ma fusée

sur une planète éloignée.

Quand je raconte

aux enfants de là-bas

que, sur la terre

l’école est obligatoire

et que, chaque soir,

nous avons des devoirs,

ils se tordent de rire.

Alors je décide de rester avec eux,

longtemps… longtemps…

Enfin, jusqu’aux grandes vacances !



 

 

 

Retour à l'accueil

 

 


 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog