Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #legendes amerindiennes catégorie

2006-08-14T10:15:00+02:00

Légendes amérindiennes (contes, liens et poèmes pour l'école)

Publié par Joce
 

  Qui n’a pas été fasciné par la culture amérindienne ?
Des légendes belles et touchantes

Un univers proche du nôtre par son culte de la nature :

actualité brûlante !
 

Quand mon neveu Manuel est parti au Canada
afin de poursuivre ses études
J'ai relu toutes ces belles légendes amérindiennes

Puis j’ai écrit deux fausses légendes sur ce thème :

 

 

Illustrations Catherine Bastère-Rainotti
Musique « Terre Mère » Elan Michaëls

 undefined

La vieille femme et l’araignée

 Illustrations Catherine Bastère-Rainotti


mocassin.gif
NB.: je retrouve ces deux textes un peu partout sur le Net
sans nom d'auteur, sans autorisation...
Merci blogueurs indélicats de vérifier vos sources !
La jeune mère indienne et La vieille femme et l'araignée
ne sont pas de véritables légendes amérindiennes

  Pour travailler en classe sur le thème des Amérindiens

* La trousse thémathique de l'université de Montréal
N.B. Vous retrouvez à fin de la trousse 2 des Amérindiens,
ma Jeune mère indienne
et ma Vieille femme et l'araignée
(sans nom d'auteur hélas !!)

* L'histoire des Etats-Unis (Université Lyon 2)

* Chez Doctole :

  Le thème du loup
Un dossier sur les indiens

*La classe maternelle :
Des fiches pour la classe

*  Le travail d'une école sur ce thème
(Comment faire un capteur de rêves, un bâton de pluie...)

  - Culture-Amérindiens

- Sur la Piste rouge (contes et légendes)

- Arrête de faire des histoires ! (liens)

  - Holott (contes  version flash) :
Le Tupilak
Les jumeaux Sioux

- L'imaginarium d'Almaya (contes et poèmes)

 

  - Un site sur l'art Navajo

*

Quand le dernier arbre
Aura été abattu
Quand la dernière rivière
Aura été empoisonnée
Quand le dernier poisson
Aura été pêché
Alors on saura que
L'argent ne se mange pas

Go Khla Yeh
dit
Géronimo


Le Nuage

Robert DESNOS 

Le nuage dit à l'Indien :
"Tire sur moi tes flèches,
je ne sentirai rien."

 
"C'est vrai, rien ne t'ébrèche,
Répond le sauvage,
mais vois mes tatouages !
Rien de pareil sur les nuages."

 

 

Chant des Indiens d'Amérique du Nord

les eaux sont calmes
le brouillard s'élève
parfois
j'apparais 

sur le cercle du ciel
gouttes humides
le visage du manido
apparaît 

le son de l'eau
coule
vers ma tente 

les lignes
vibrantes
du son
coulent
jusqu'à mon cœur

  une source bouillonnante
jaillit du sol dur
une source

la course
de l'eau

 

 

SilencieuseJusqu'au-Dégel
(Indien Crees anonyme) 

Son nom raconte comment cela se passait avec elle.

La vérité est qu'elle ne parlait pas
en hiver.
Chacun avait appris à ne pas lui poser de questions en hiver
une fois connu ce qu'il en était.

Le premier hiver où cela arriva
nous avons regardé dans sa bouche pour voir
si quelque chose y était gelé. Sa langue
peut-être, ou quelque chose d'autre au-dedans.

Mais après le dégel elle se remit à parler
et nous dit que c'était merveilleux ainsi pour elle.

Ainsi, à chaque printemps
nous attendions, impatiemment.

 

 

VIEUX COYOTTE DANS LES ADIRONDACKS
Maurice Kenny

Traduit par Béatrice Machet

Il se tenait
sur le bas-côté
de la vieille route campagnarde
il attendait
que nous passions
pour pouvoir
pénétrer
la nuit
et chanter
sur les rondeurs de sa colline. 

LE LONG DE LA ROUTE DE CORTEZ
Traduit par
Béatrice Machet

La route royale pour Cuernavaca :
les rochers, là où son cheval vigoureux
trébucha jusqu'au palais...
chargé de gloire
épaissi au fil de l'histoire...
maintenant des ruines de murs effondrés
et des pierres fendues
nous montrent renversées les têtes ensanglantées
de quelques mauvaises herbes écarlates.
Aujourd'hui de nouveau : les pistes
d'indiens aux pieds nus
et des ânes maigres. 

Béatrice Machet, poète,
passionnée de culture et de poésie amérindienne
a traduit nombre de poèmes.
Originaire d’Eure et Loir, elle a vécu ces dernières années dans le Var.
A présent, elle habite aux Etats-Unis. 

 

 

Père
Prière cheyenne
Lance Henson



je t'appelle par le son de la gourde
je t'appelle par ma fumée
j'appelle tout ce qui est toi en moi

tu réponds de toutes les directions

esprit saint omniprésent
âme éternelle

prends-moi en pitié
donne-moi
la lumière.


 

Oh Grand Esprit
(Prière Ojibwa) 

Oh Grand Esprit,

dont j'entends la voix dans les vents

et dont le souffle donne vie à toutes choses,

écoute moi.

Je viens vers toi
Comme l'un de tes nombreux enfants;
Je suis faible... Je suis petit...
J'ai besoin de ta sagesse et de ta force
Laisse moi marcher dans la beauté,
et fais que mes yeux aperçoivent toujours les rouges et pourpres couchers du soleil.
Fais que mes mains respectent les choses que tu as créées,

et rends mes oreilles fines pour qu'elles puissent entendre ta voix.
Fais moi sage,

de sorte que je puisse comprendre ce que tu as enseigné à mon peuple

et les leçons que tu as cachées dans chaque feuille et chaque rocher.
Je te demande force et sagesse,

non pour être supérieur à mes frères,

mais afin d'être capable de combattre mon plus grand ennemi

moi-même.
Fais que je sois toujours prêt à me présenter

devant toi
avec des mains propres et un regard droit.
Ainsi lorsque ma vie s'éteindra
comme s'éteint un coucher de soleil,
mon esprit pourra venir à toi sans honte. 

 


Sagesse indienne
(Crowfoot - Chef Blackfeet)

Quand tu te lèves le matin
remercie pour la lumière du jour,
pour ta vie et ta force.
Remercie pour la nourriture
et le bonheur de vivre.
Si tu ne vois pas de raison de remercier,
la faute repose en toi-même.
Qu'est-ce que la vie ?
C'est l'éclat d'une luciole dans la nuit.
C'est le souffle d'un bison en hiver.
C'est la petite ombre qui court dans l'herbe

et se perd au coucher du soleil.

 

 

POEME AMERINDIEN DES QUATRES VENTS
(SIOUX TETONS)


Vers l'Ouest, dirige ton regard,
Adresse ta prière dans cette direction
Car là se tiennent tes parents.

Vers le Nord, dirige ton regard,
Adresse ta prière dans cette direction
Car là se tiennent tes parents.

Vers l'Est, dirige ton regard,
Adresse ta prière dans cette direction
Car là se tiennent tes parents.

Vers le Sud, dirige ton regard,
Adresse ta prière dans cette direction
Car là se tiennent tes parents.

Vers le Zénith, dirige ton regard,
Adresse ta prière vers le ciel
Car là se tiennent tes parents.

Vers le Nadir, dirige ton regard,
Adresse ta prière vers les entrailles de la Terre
Car là se tiennent tes parents.

 

 

Quand je ne serai plus là

Quand je ne serai plus là, relâchez-moi,
Laissez-moi partir.
J'ai tellement de choses à faire et à voir.
Ne pleurez pas en pensant à moi,
Soyez reconnaissants pour les belles années,
Je vous ai donné mon amitié.
Vous pouvez seulement deviner
Le bonheur que vous m'avez apporté.

Je vous remercie de l'amour que chacun vous m'avez démontré,
Maintenant, il est temps de voyager seul.
Pour un court moment vous pouvez avoir de la peine.
La confiance vous apportera réconfort et consolation.
Nous serons séparés pour quelque temps.
Laissez les souvenirs apaiser votre douleur.

Je ne suis pas loin et la vie continue …
Si vous avez besoin, appelez-moi et je viendrai.
Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher, je serai là.
Et si vous écoutez votre cœur, vous éprouverez clairement
La douceur de l'amour que j'apporterai.

Et quand il sera temps pour vous de partir,
Je serai là pour vous accueillir.

Absent de mon corps, présent avec Dieu.

N'allez pas sur ma tombe pour pleurer,
Je ne suis pas là, je ne dors pas,
Je suis les mille vents qui soufflent,
Je suis le scintillement des cristaux de neige,
Je suis la lumière qui traverse les champs de blé,
Je suis la douce pluie d'automne,
Je suis l'éveil des oiseaux dans le calme du matin,
Je suis l'étoile qui brille dans la nuit.
N'allez pas sur ma tombe pour pleurer,
Je ne suis pas là. Je ne suis pas mort.

 

 

Le chant de jubilation de Tsoai-Talee
N.Scott Momaday

Je suis une plume dans le ciel lumineux
Je suis le cheval bleu qui galope dans la plaine
Je suis le poisson qui virevolte et miroite dans l'eau
Je suis l'ombre qui suit l'enfant
Je suis la luminosité de l'après-midi, l'éclat des prairies
Je suis l'aigle qui joue avec le vent
Je suis un bouquet de perles étincelantes
Je suis la plus lointaine étoile
Je suis le grondement de la pluie
Je suis le scintillement sur la neige croûtée
Je suis la large traînée de la lune sur le lac
Je suis une flamme de quatre couleurs
Je suis un cerf qui s'éloigne au crépuscule
Je suis un champ de sumac et la pomme blanche
Je suis un vol d'oies dans le ciel d'hiver
Je suis la faim d'un jeune loup
Je suis totalement le rêve de ces choses.

Voyez-vous, je suis vivant, je suis vivant
Je suis en bons termes avec la terre
Je suis en bons termes avec les dieux
Je suis en bons termes avec tout ce qui est beau
Je suis en bons termes avec la fille de Tsen-Tainte
Voyez-vous, je suis vivant, je suis vivant...

indien-priere.gif

Que mes pas me portent dans la beauté
Que mes pas me portent tout le long du jour
Que mes pas me portent à chaque retour des saison
Pour que la beauté me revienne


Beauté des oiseaux
Beauté joyeuse des oiseaux
Que mes pas me portent sur le chemin gorgé de pollen
Que mes pas me portent dans la danse des sauterelles
Que mes pas me portent dans la rosée fraîche


Et que la beauté soit avec moi
Que mes pas me portent vers la beauté qui me précède
Que mes pas me portent vers la beauté qui me succède
Que mes pas me portent vers la beauté du ciel
Que mes pas me portent vers la beauté qui m'entoure


Que mes pas me portent dans la vieillesse
sur un chemin de beauté vivifiée
Que mes pas me portent dans la vieillesse
sur un chemin de beauté, vers une vie nouvelle
Et dans la beauté je marcherai
Dans la beauté je marcherai....

Poème des Navajos

Frank Howell

Frank Howell 2 Frank Howell

 

 

                                         Pirouettes accueil




   


Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog