Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2007-06-12T13:11:00+02:00

Un marché de Provence (conte pour la fête des pères)

Publié par Joce

Juin... Les grandes vacances approchent !

Voici une histoire, pour la fête des pères,

                aux couleurs de Provence.

Je l'ai écrite en pensant à ma famille

et à une petite ville (Lorgues) où chantent les cigales.

 

 

Cliquez sur le titre :

 

              Un marché de Provence



    Les illustrations sont de
                         Catherine Bastère-Rainotti.





 

Autre article chez Pirouettes :
"Devine combien je t'aime" (Album pour la maternelle)
 

 

A découvrir un dossier sur la fête des pères
 chez Pascaly


Chez Doctole :
Un dossier sur les fruits et les légumes
Le goût, les cinq sens


LA CIGALE
Paul Arène


L'air est si chaud que la cigale,
La pauvre cigale frugale
Qui se régale de chansons,
Ne fait plus entendre les sons
De sa chansonnette inégale.
En rêvant qu'elle agite encor
Ses petits tambourins de fée,
Sur l'écorce des pins chauffée
Où pleure une résine d'or,
Ivre de soleil, elle dort.

 

 

LES Marchés DE PROVENCE

G. Bécaud

Il y a tout au long des marchés de Provence
Qui sentent, le matin, la mer et le Midi
Des parfums de fenouil, melons et céleris
Avec dans leur milieu, quelques gosses qui dansent
Voyageur de la nuit, moi qui en ribambelle
Ai franchi des pays que je ne voyais pas
J'ai hâte au point du jour de trouver sur mes pas
Ce monde émerveillé qui rit et qui s'interpelle
Le matin au marché

Voici pour cent francs du thym de la garrigue
Un peu de safran et un kilo de figues
Voulez-vous, pas vrai, un beau plateau de pêches
Ou bien d'abricots ?
Voici l'estragon et la belle échalote
Le joli poisson de la Marie-Charlotte
Voulez-vous, pas vrai, un bouquet de lavande
Ou bien quelques œillets ?
Et par dessus tout ça on vous donne en étrenne
L'accent qui se promène et qui n'en finit pas...

fleur-amandier.gif

Le golfe du Lion

Henri Bosco

Le golfe du Lion
est piqué tout entier de balancelles roses
qui traînent des filets immenses ou qui posent
çà et là des nasses de fond.

C'est le printemps, la mer est tendre,
elle monte, elle va s'étendre
jusqu'aux îles du Rhône où vivent les taureaux,
puis sous les amandiers, les mûriers et les figues,
jusqu'à l'étang de Berre où le bleu de ses eaux
bat la colline des Martigues.

 

 

LA TOMATE

Charles DOBZYNSKI

 

Trop timide, la tomate
devient écarlate
quand on lui dit qu'elle est belle.
Un rien l'épate,
elle se dresse sur ses pattes
pour imiter les hirondelles.
Elle rêve d'avoir des ailes,
s'arrondit, se gratte,
se gonfle d'eau, se dilate,
mais à chaque fois ça rate :
aucune plume ne pousse
à son épaule tendre et douce.
La tomate échec et mat,
se résigne, s'acclimate,
mais sous son air ombrageux,
puisque le ciel est paradis perdu,
elle mijote dans son jus
d'aromates,
un songe rouge et nuageux.

 

 

Le chou

Charles Dobzynski

                                  

Un chou se prenant pour un chat

léchant son museau moustachu,

sa bedaine de pacha,

à ses feuilles s'arracha,

pour prouver que sous son poncho

couleur d'artichaut,

son pelage était doux et chaud,

sa queue de soie, sa robe blanche.

En miaulant à belle voix,

le chou se percha sur un toit,

puis dansa le chachacha

de branche en branche.

Or, le chou n'était pas un chat

aux pattes de caoutchouc,

sur la ramure il trébucha

et c'est ainsi que le chou chût

fâcheusement et cacha

sa piteuse mésaventure

dans un gros tas d'épluchures. 

 

 

Le vendeur de murmures

Philippe Garnier

 

Il était une fois
Le vendeur de murmures.
Il murmurait la nuit donc
à la demande
du bout des dents
en une étrange litanie
les phrases confiées la veille à son oreille
et dont il avait la prudence
professionnelle
d'inscrire les commandes
dans des carnets
toujours petits
et qu'il parfumait
tantôt à la lavande
tantôt au patchouli.
C'est qu'il n'avait jamais voulu user lui
comme les vendeurs de cris
de ces vastes camions d'amplification
qui sillonnaient le pays à grand renfort de klaxons
néons
haut-parleurs et enseignes.
Ce qu'il vendait on l'entendait à peine.

 

 

Voir les commentaires

commentaires

~~ Kri ~~ 27/01/2008 10:17

Alors là je suis comblée! Un conte et la Provence....!

yana_5 21/09/2007 20:31

ahhh l aporvence ...aux paysages idylliques :-)douce et bonne soirée Joce

22/09/2007 17:33

Oui, elle est bien belle notre Provence !

ptitlapin 18/06/2007 21:51

Bonne soirée Joce. regarder les nuages apportent plus que de regarder au ras du sol:). Bisous.

domi 18/06/2007 19:51


Ma chère Joce je viens te souhaite une bonne soirée je t'embrasse très fort et à très bientôt

plumette 18/06/2007 19:42

Que des belles choses qui sentent bon la Provence. Toutes les illustrations sont superbes, je les aime vraiment. Merci pour ce très agréable moment qui met de la gaité  et des couleurs plein ces pages.
Gros bisous

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog