Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2007-04-14T10:46:00+02:00

La boîte à musique (conte)

Publié par Joce

 

J'ai parlé à plusieurs reprises de Ricochet, sur ce blog...
Ricochet
est le portail européen de la littérature jeunesse

un site incontournable pour les apprentis auteurs
Une mine d’or
!
On y trouve des quantités de renseignements
sur les livres pour enfants

mais aussi sur les maisons d’éditions,
les auteurs, les illustrateurs, etc.

Le forum est un lieu de renconcontres enrichissantes
 

Pour faire partie de Ricochet
lorsque l’on est un auteur débutant
il suffit d’envoyer un texte...

 

   Voici le mien :

 


                             La boîte à musique

 

 

* Les différents projets Ricochet

(de nombreuses histoires à lire !) :


Le projet 3

Le projet 4

Le projet 5

Le projet 6

       

 

L'orange des rêves

Jean-Pierre Siméon

 

Tu peux perdre le nord
comme on dit
tu peux perdre patience
tu peux perdre ton temps

perdre la mémoire
et ses chemins aveugles

Le sommeil peut glisser
comme une truite
dans tes mains

Tu peux perdre ton sourire

Mais ne perds pas
ne perds jamais
l'orange de tes rêves

 

PÂQUERETTE

CHRISTIAN POSLANIEC


Cette nuit
Mon p'tit lit
s'est pris pour un oiseau:
a pondu un œuf tout chaud.
Je me suis demandé
Qui pouvait l'habiter !
J'ai frappé !
J'ai frappé !
Personne ne m'a dit d'entrer.
Alors je l'ai mangé.
C'était un œuf sucré !

 

 

Mon ami le lit

Michel LUNEAU

 

J’ai de la peine :

Il m’offre son matelas de laine.

Je suis heureux :

Je me roule en son creux moelleux.

 

Mon meilleur ami,

C’est mon lit.

Il est plein d’attentions pour moi.

- Les draps ne sont-ils pas trop froids ?

Veux-tu une autre couverture ?

L’oreiller n’est-il pas trop dur ?

 

Oh ! non, c’est doux.

Je m’endors, j’oublie tout,

Je vais rêver…

… Et l’on s’étonne que j’aie du mal à me lever !

 

 

J'ai rêvé

Claude Haller

 

J'ai rêvé d'un train
Suis devenu le train

J'ai rêvé d'un jardin
Suis devenu le jardin

J'ai rêvé d'un magicien
Suis devenu le magicien

Or, sitôt que magicien
j'ai voulu être quelqu'un
tout soudain
je ne fus plus rien.

 

 

Cavalcade

LOUIS GUILLAUME


Un cheval de lune

Courait sur le sable

Un poulain d'écume

Trottait sur la grève,

Au trot, au trot, au galop.


Un cheval d'ivoire

Courait dans le soir,

Un cavalier rouge

Traversait l'automne,

Au trot, au trot, au galop.


Un cheval de pluie

Courait dans la nuit

Un coursier de verre

Labourait la mer,

Au trot, au trot, au galop.


Et tous les enfants

Poursuivaient en rêve

Toutes ces crinières

Libres dans le vent,

Au trot, au trot, au galop.



 

 

Il y a des mots

Georges Jean


Il y a des mots, c'est pour les dire,
c'est pour les faire frire,
c'est pour rire.

Il y a des mots, c'est pour les chanter,
c'est pour rêver,
c'est pour les manger.

Il y a des mots, que l'on ramasse;
des mots qui passent,
des mots qui se cassent.

Il y a des mots pour le matin,
des mots métropolitains,
ou lointains.

Il y a des mots épais et noir,
des mots légers pour les histoires,
des mots à boire.

Il y a des mots pour toutes les choses,
pour les lèvres, pour les roses,
des mots pour les métamorphoses,
Si l'on ose...


 

LE TEMPS DES MIRAGES

DENISE D. JALLAIS

 

Tu dis
Regarde les cheveux
Et c'est un arbre
Tu dis
Donne la lune
Pour manger
Tu dis
Je t'aime
Grand comme une maison
Tu prends les grains de café
Pour des chocolats
Le mimosa
Pour des œufs durs
Les nuages

Pour des locomotives
Tu crois
Que les phares ont des yeux
Que les autos ont des oreilles
Que les chats parlent
Que les vaches existent
Seulement sur les gruyères

 

 

 

L'habitant du miroir
Marc Alain

Enfants méfiez-vous des miroirs !
Surtout quand tombe le soir,
Quand le chien-loup du crépuscule
Hurle à la nuit dans la pendule :
A l'heure où le jour va dormir
S'éveille le miroir vampire.

Car cette glace familière
Où se mirent les écolières
Après les belles jadis,
Cette glace, je vous le dis,
Abrite un monstre sans visage
Qui veut dévorer vos images.

Le monstre du miroir attend
Le temps qu'il faut, il a le temps,
Tapi dans son luisant dédale,
Salles de neige et de cristal,
Il attend sans un mouvement
L'instant d'agir, le bon moment.

Quand les yeux dorment, lui se lève
Et, tirant profit de vos rêves,
Sort du verre et marche invisible
Pour aller boire l'eau limpide
Des beaux visages endormis
C'est de la jeunesse qu'il vit !

Puis il regagne en grand silence
Son froid palais de transparences
Et vous ne verrez au réveil
A la lumière du soleil
Qu'un visage presque pareil
Un peu griffé par le sommeil. 

 

 

LE MILLIARDAIRE

Jean Tardieu

 

John apportait un plateau

Sur lequel était un bateau.

 

Monsieur assis sur son lit

Passa son habit et dit:

" Posez ça là quelque part

Je termine mon cigare."

 

Une heure après John revint

La fenêtre était ouverte

Dans le lit il n'y avait rien

Rien non plus sous la plante verte

Et rien du tout sur le plateau

 

- Monsieur est parti en bateau.

 

 

 

 

Si j'avais une bicyclette

Ernest PEROCHON

 

Si j'avais une bicyclette,
J'irais dès le soleil levant,
Par les routes blanches et nettes
J'irais plus vite que le vent.

Si j'avais une automobile
Je roulerais au clair matin,
Je roulerais de ville en ville
Jusqu'aux murailles de Pékin. 

 

 

Rêves

Léon-Paul Fargue

 

Un enfant court
Autour des marbres...
Une voix sourd
Des hauts parages...
 
Les yeux si graves
De ceux qui t'aiment
Songent et passent
Entre les arbres...
 
Aux grandes orgues
De quelque gare
Grande la vague
Des vieux départs...
 
Dans un vieux rêve
Au pays vague
Des choses brèves
Qui meurent sages...

 


 

GRENIER

Henri Thomas


Odeur de la famille !

Que j'aille me cacher

Au grenier qui m'habille

De poudreuse clarté !

 

Que l'hirondelle crie,

Qu'un chat vienne me voir,

La lucarne est emplie

De ciel et de silence.

 

Ou si l'averse inonde

Les tuiles murmurantes,

Que j'entre dans un monde

Tout protégé d'absence.

 

Charbon du crépuscule,

L'ange t'apporte à moi !

J'entends le vent léger

Qui marche sur le toit.

 

Ma maison

Maurice FOMBEURE

 

Maison, ô ma maison, bucolique de roses,

Tes briques de rubis et tes longs ciels mouillés,

Nous avons tant rêvé sous tes métamorphoses,

Sous la pluie, sous les cris des girouettes rouillées.

 

Tant rêvé dans le vide immense des greniers...

Nous te retrouverons peut-être dans le ciel

Avec notre chat noir, avec notre chat gris,

Avec quatre souris effarées au soleil,

 

Avec notre grand-père endormi sur le feu,

Avec notre grand-mère alerte dans ses veilles,

Maison, ô ma maison roulée dans le vent bleu,

Les écluses du vent coulent sur ton sommeil.

 

Tu dormais près du calme immense des forêts,

Moi, dans mon petit lit, je rêvais sous tes ailes,

Ou parfois j'écoutais les crapauds qui' chantaient,

Puis, ivre de douceur, le sommeil m'emportait,

Et je sentais mourir leur musique immortelle.

 

 

UNE MAISON DE RÊVES      
 Bernard LORRAINE

 
Dans ma demeure biscornue,
Pour les souris, les araignées,    
Il y aura de hauts greniers
Eclairés au feu des cornues.
 
Mon chien Nabuchodonosor
Et mon matou Sardanapale
Méditeront sur le trésor
De mes pierres philosophales.
     
Sur le toit, un coq de bruyère
Me tiendra lieu de girouette.
Et un kangourou de brouette
Pour les courses chez l’épicière.      
  
 Une tribu de hérissons
Ramonera la cheminée.                  
Dans la cave approvisionnée :
Un tamanoir comme échanson.
 
Feu Saint-Elme sur les faîtières,
Quand l’orage joue au canon
La queue fourchue d’une guenon      
Servira de paratonnerre.

L’âge venu de la raison,
Si mes lubies ne font pas grève
J’aurai la maison de mes rêves
Et des rêves dans ma maison.

 

 

 

L'autre monde

 Anne SCHWARZ-HENRICH

 

Quand je ferme les yeux,

J'allume les lumières

Des plafonds merveilleux

Que déploient mes paupières

 

Et qui m'éclairent les lieux

Où je viens, solitaire,

Glaner des rêves bleus

Dans la nuit, sur mes terres.



 

Il était si loin... je l'ai à peine vu

Jean-Pierre ANDREVON

 

Une puce sur un drap

un trait de crayon

sur la page

une trace de doigt

sur la vitre embuée

une poussière dans l'œil

et plus rien

à nouveau

que du blanc

 

C'était un loup

dans l'hiver

rapide

vivant

et libre

 

 


 Arthur RIMBAUD

 

J'ai tendu...
J'ai tendu des cordes
de clocher à clocher ;
des guirlandes de fenêtre
à fenêtre ; des chaînes d'or
d'étoile à étoile,
et je danse.

 

 

 

 

Pirouettes accueil

Voir les commentaires

commentaires

domi 21/04/2007 20:32

Désolée de t'avoir fait peur avec mon crâne, je te promets que je ne recommencerai plus :-)))) bisous et passe un bon week-end

Joce 21/04/2007 22:54

Merci Domi.Bon week-end à toi aussi !

Élise 19/04/2007 10:28

Félicitations, il est vraiment très beau ce texte...

Joce 19/04/2007 12:25

Merci Elise ! Je crois que tu l'aurais très bien illustré...Bonne journée.

Pascaly 17/04/2007 22:59

de la part de la maikresse ...  Pascaly

Joce 18/04/2007 08:18

Merci Pascaly pour ce bouquet d'oursons et de coeurs.Bonne journée, sans école !

Nadine de Trans 17/04/2007 16:22

Bisous joce

Joce 17/04/2007 22:10

Bisous Nadine. Merci de ta visite !

:0091: lili :0010: 17/04/2007 16:08

toujours aussi sympa de te lire, c'est exact que l'imagination a besoin d'être stimulé et tu t'en charges merveilleusement, les enfants et ...les plus grands sont ravi de la tienne

Je te souffle par l'intermédiaire de cette petite fée mille bisous doux
Bonne journée

Joce 17/04/2007 22:09

Merci Lili.A bientôt sur ton blog !

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog