Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2006-08-12T12:47:00+02:00

Une règle magique pour la rentrée ? (conte, liens et poèmes pour l'école)

Publié par Joce
La photo de mon école...
Ma classe est à droite.

Une photo de classe, plus ancienne...
nostalgie, nostalgie !


S’il faut croire les nombreux étalages des magasins,
la rentrée des classes
approche à grands pas !

Les vacances sont presque finies
et je ressens un petit pincement au coeur, comme lorsque j'étais enfant.

J'ai écrit "Une règle magique pour la rentrée",
en pensant à mon neveu Florent.
            Ce n'est pas tout à fait lui et pourtant...


Voici le lien à suivre pour lire l'histoire :



              

 

 

 

L'air en conserve

Jacques CHARPENTREAU

 

Dans une boîte, je rapporte

Un peu de l'air de mes vacances

Que j'ai enfermé par prudence.

Je l'ouvre ! Fermez bien la porte

 

Respirez à fond ! Quelle force !

La campagne en ma boîte enclose

Nous redonne l'odeur des roses,

Le parfum puissant des écorces,

 

Les arômes de la forêt...

Mais couvrez-vous bien, je vous prie,

Car la boîte est presque finie :

C'est que le fond de l'air est frais.

 


Mon cartable
Pierre Gamarra


Mon cartable sent la pomme,
le livre, l'encre, la gomme
et les crayons de couleur.

Mon cartable sent l'orange,
le bison et le nougat,
il sent tout ce que l'on mange

et ce qu'on ne mange pas.

La figue, la mandarine,
Le papier d'argent ou d'or,
et la coquille marine,
les bateaux sortant du port.

Les cow-boys et les noisettes,
la craie et le caramel,
les confettis de la fête,
les billes remplies de ciel.

Les longs cheveux de ma mère
et les joues de mon papa,
les matins dans la lumière,
la rose et le chocolat.

Le cartable d'Annabelle

Hélène BENAIT

 

Le cartable d'Annabelle
Aime les livres.
Il avale en cachette
Tous ceux de la bibliothèque.

 

Le cartable d'Annabelle
Se régale de fables,
D'albums colorés,
De romans policiers.

 

Il connait le nom des fleurs,
Des villes et des étoiles.
Il n'est jamais seul,
Il a beaucoup d'amis,
Les livres en sont remplis.

 

 

Un enfant veut répondre

Paul Vincensini


Un enfant veut répondre
Il a levé le doigt
Dans une vieille école
Qui n'existe plus.
La neige a fondu sous les bancs
Il fait chaud comme à l'écurie
Et l'instituteur
A souligné tous les verbes à la craie bleue.
L'enfant qui veut répondre
Fait claquer ses doigts
Tachés d'encre violette
Dans la vieille école
Qui n'existe plus.

 

 

 

Le cartable rêveur
 Carl Norac

Pendant que tu étais
Sur la plage, cet été,
Ou bien dans la forêt,
As tu imaginé
Que ton cartable rêvait ?
Il rêvait d'avaler
Des crayons, des cahiers,
Puis d'aller comme on vole,
Sur le chemin de l'école.
 

 

 

L'enfant qui battait la campagne

Claude Roy

 

 

Vous me copierez deux cents fois le verbe:

Je n'écoute pas. Je bats la campagne.

Je bats la campagne, tu bats la campagne,

Il bat la campagne à coups de bâton.

 

La campagne ? Pourquoi la battre ?

Elle ne m'a jamais rien fait.

 

C'est ma seule amie, la campagne,

Je baye aux corneilles, je cours la campagne.

 

Il ne faut jamais battre la campagne :

on pourrait casser un nid et ses œufs.

 

On pourrait briser un iris, une herbe,

On pourrait fêler le cristal de l'eau.

 

Je n'écouterai pas la leçon.

Je ne battrai pas la campagne.

 

 

 

Mon joli dessin

Anne SCHWARZ-HENRICH

 

Je mets dans mon tableau,

Sur une feuille de brouillon,

Mille feuilles au bouleau,

Deux ailes au papillon.

 

Puis les ailes au pinceau

Font les plumes aux pinsons,

Une cascade au ruisseau,

Des nageoires aux poissons.

 

Je dessine une maison

De pur style « Rococo »

J'y place en location...

Monseigneur l'Escargot !

 

 

Pour dessiner un bonhomme

Maurice carême

 

Deux petits ronds dans un grand rond.
Pour le nez, un trait droit et long.
Une courbe dessous, la bouche.
Et pour chaque oreille, une boucle.
 
Sous le beau rond, un autre rond
Plus grand encore et plus oblong.
On peut y mettre des boutons :
Quelques gros points y suffiront.
 
Deux traits vers le haut pour les bras
Grands ouverts en signe de joie,
Et puis deux jambes, dans le bas,
Qu'il puisse aller où il voudra.
 
Et voici un joli bonhomme
Rond et dodu comme une pomme
Qui rit d'être si vite né
Et de danser sur mon papier.

 

 

Collages

Jean Rivet

 

Le petit garçon avait dessiné une maison ;

la première partie, faite au printemps, en était très bleue avec un nuage bien blanc ;

la seconde, dessinée en été, éclatait de soleil ;

la troisième, conçue en automne, était couverte de feuilles d’arbre mortes ;

et la dernière partie était tout enneigée.

 

Le petit garçon, dans son tableau, avait aussi collé du jour, de la nuit noire ou étoilée,

des semailles et des moissons.

Il y avait également une mère, un père, des enfants, un chien et des oiseaux.

Enfin, il avait ajouté du bonheur et des larmes.

 

 

 

L'araignée

Jean Féron

 

Dans la classe

pas une mouche ne vole

"Pauvre araignée à la fenêtre

de quoi vis-tu?

 

- Je vis du regard des enfants

qui me nourrissent de questions :

"Araignée savante

explique-nous la géométrie!"

"Araignée horlogère

est-il bientôt l'heure de la sortie?"

"Araignée chasseresse

capture-nous des vacances vivantes!"

 

Et la nuit venue

dans la classe vide

l'araignée en bave

à filer son hamac

pour prendre du bon temps. 

 

 

Tache d’encre

Anne Marie HALL-RICQ

 

La mauvaise humeur a débordé de l'encrier.

Pourquoi ce désastre ?

La plume a-t-elle frémi d'impatience,

s'ennuyant de ne pouvoir glisser sur le papier ?

Peut-être que l'encre n'arrivait plus à se tenir

tranquille, décelant la tempête dans le cerveau ?

S'est-elle prise pour une mer agitée, un tourbillon,

un court-bouillon ou un bouillon de culture ? 

 

 

La bouteille d'encre

Maurice Carême

 

D'une bouteille d'encre,
On peut tout retirer :
Le navire avec l'encre,
La chèvre avec le pré,

La tour avec la reine,
La branche avec l'oiseau,
L'esclave avec la chaîne,
L'ours avec l'Esquimau.

D'une bouteille d'encre,
On peut tout retirer
Si l'on n'est pas un cancre
Et qu'on sait dessiner

 

 

POEME AU FOND DU PLUMIER              

Michel MONNEREAU
 
Un peu d'enfance bouge encore
sous les copeaux de crayon
et la gomme désœuvrée.
 
Un peu d'enfance
avec ses taches d'encre
sur les doigts minuscules.
 
Un peu d'enfance sort du plumier
un jour de retrouvailles
au fond d'un dimanche de pluie.
On la berce jusqu'au soir
comme un rêve inachevé
car elle nous ressemble encore un peu.
 

 

Le cahier  

Maurice CAREME

 

Comme il entrouvrait son cahier,
Il vit la lune  
S'emparer de son porte-plume.
De crainte de la déranger,
Il n'osa pas même allumer.
 
Bien qu'il eût désiré savoir
Ce qu'elle écrivait en secret,
Il se coucha
Et la laissa là, dans le noir,
Faire tout ce qu'elle voulait.
 
Le lendemain,
Son cahier lui parut tout bleu.
Il l'ouvrit.  
Une main traçait des signes si curieux
Qu'elle faisait en écrivant
Redevenir le papier blanc.

 

 

L’écolier
Raymond Queneau

J’écrirai le jeudi j'écrirai le dimanche
quand je n'irai pas à l'école
j'écrirai des nouvelles j'écrirai des romans
et même des paraboles
je parlerai de mon village je parlerai de mes parents
de mes aïeux de mes aïeules
je décrirai les prés je décrirai les champs
les broutilles et les bestioles
puis je voyagerai j'irai jusqu'en Iran
au Tibet ou bien au Népal
et ce qui est beaucoup plus intéressant
du côté de Sirius ou d'Algol
où tout me paraîtra tellement étonnant
que revenu dans mon école
je mettrai l'orthographe mélancoliquement

 

Plume

Anne Marie HALL-RICQ

 

Elle chatouille,

grattouille,

égratigne la page

et les personnages.

Plume d'oie,

légère et frémissante,

pour livrer les confidences.

Pointe de fer,

pour lancer

les messages.

Parfois précieuse,

elle est en or.

 

 

Pirouettes de mots

Anne SCHWARZ-HENRICH

 

Je vois bondir les mots,

Je crois qu’ils font la fête,

Ils ont bu, du stylo,

L’encre bleue, l’encre verte !

 

Ils s’étalent, remplis d’« o »,

De vie… et ils pirouettent

Sur la page, au recto,

Au verso, que c’est chouette !

 

Quand soudain… dans les mots,

Plus de queue, ni de tête…

C’est parce que le stylo

A séché ! Que c’est bête !

 

 

L'éléphantastique

Michel-François LAVAUR

 

Ils jouaient dans la classe
avec les mots et les images.
ils apprivoisaient
peu à peu le langage.
Ils faisaient des charades
Des rébus des comptines
des bouts-rimés des ascrostiches
et des calligrammes.
Ils dessinaient tout un bestiaire
d'oiseaux quadrupèdes
velus ou bicéphales
des martaureaux et des cerfeuilles
des serpaons des escorgorilles.
C'est ainsi qu'il est né
avec sa trompe longue
de papillon et ses huit pattes frêles
l'éléphantastique.

 










 

Voir les commentaires

commentaires

HélÚne 26/08/2007 11:09

Bonjour,
Je ne comprend pas, les liens ne fonctionnent pas. Merci de m'éclairer, vos histoires ont l'air forts jolies.
Hélène

Joce 26/08/2007 12:21

Bonjour Hélène,
Merci de me l'avoir signalé... Je viens de réparer. A bientôt peut-être...

Le chevalier Dauphinois 23/08/2007 12:02

   Bien le bonjour maiKresse.... je ne savais pas que les gentille dames qui apprennent "tout plein beaucoup" de belles choses à nos têtes blondes ont un pincement à leur petit coeur.....   As tu un cartable neuf pour cette année ?

Annie 09/02/2007 21:06

Super cette règle magique pour la rentrée.Je suis vraiment contente de te connaître, tu es une vraie richesse ...sur tous les planstres gros bisousAnnie

Joce 09/02/2007 23:01

Tu es adorable Annie. Bisous.

Pascaly 05/02/2007 10:28

Nous sommes en vacances dans 10 jours et toi ??? Bisous et très bonne journée Joce
Pascaly  

Joce 05/02/2007 17:25

Hé, hé, nous sommes dans la dernière zone... trois semaines encore !Bisous pascaly. A bientôt.

Christian de nissa 11/01/2007 22:23

Qu'elle est belle ton école Joce.On en fait plus comme celle là aujourd'hui.Ta classe à droite, à coté du bâtiment cubique ?Bonne soirée.

Joce 11/01/2007 23:14

Oui, à droite.  Elle est belle mais un peu austère pour une classe de maternelle. J'ai encore une Marianne au mur,  comme dans les écoles d'autrefois... Bonne fin de soirée.

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog