Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2008-09-17T20:59:00+02:00

Ouvrez les livres aux bébés !

Publié par joce
Illustration de Marie-Paule Benoit-Basset (2008)


"Pour grandir, un bébé a besoin de lait, de caresses
et d'histoires
".

(Michel Defourny)

Depuis quatre ans,
le
Conseil Général du Puy-de-Dôme
organise un très beau concours :
"
Ouvrez les livres aux bébés"

A l'issu de ce concours, trois albums ont vu le jour.
Le quatrième ne saurait tarder...
(Tout se joue en ce moment !)
Ces albums sont offerts à tous les nouveaux-nés du
Puy-de-Dôme.


Merci à Corinne DEFABIANI pour ces illustrations

















Philippe Guillaumin
- Isabelle Desternes (2005)





















Ce concours
est un peu le chouchou des Ricochiens.
Illustratrateurs et auteurs s'associent pour y participer...
             Le choix du jury ne doit pas être aisé
            car tous ont beaucoup de talent !

Voici quelques noms, souvent cités sur mon blog :
Nomy, Catibou, Canadinhas, myr3, chachaboudin, Puce...
N'hésitez pas à leur rendre visite !

En 2006, mon projet "La pomme de BabaOpom"
est arrivé en 7e position
L'illustratrice était Eléonore Drevet (alias Puce)
(Cette année, je n'ai pas participé)


Dominique Fournil - Fabienne Cinquin (2006)


Un concours réservé aux enfants écrivains
A découvrir sur le blog :
  Le truc pour ne pas dire le truc

Les enfants
Pierre Gamarra

Les enfants sont en soie, les enfants sont en laine,
Les enfants sont en sucre fin.
Caroline, Marjolaine,
Frédéric, Delphin.

Les enfants sont de blé, les enfants sont d'avoine,
d'orge, de riz ou de maïs.
Pierre, Paul, Antoine,
Marie, Anaïs.

Les enfants sont de feu, les enfants sont de braise,
de soleil, de ciel et d'azur.
Corinne, Suzette, Arthur,
Sylvette, Thérèse.

Les enfants sont de chair, les enfants sont de sang,
de tendresse et de patience,
d'amour, de souvenance,
Margot et Laurence,
Denis et Vincent.



QUELLE CHANCE

Maurice Carême

 

Hé oui ! J'aurais pu être
Un loir, un écureuil,
Un crabe, un bouvreuil,
Une ablette ou un hêtre.

 

J'aurais même pu être
Une rose, une pierre
Ou un grand pont de fer
Mais j'ai la chance d'être

 

Un tout petit garçon
Qui rit à sa fenêtre
En écoutant son père
Siffler une chanson.

 

BERCEUSE, KENTUCKY

MARGUERITE YOURCENAR

 

Dodo, dodo, le p'tit enfant,
Pleurez pas, soyez pas méchant !
Quand vous vous réveillerez tantôt,
Vous aurez tous les ch'vaux jolis
Qui sont là-bas dans l'écurie !
Les ch'vaux blancs et les ch'vaux pie,
Et les gentils dadas gris !
Et les ch'vaux pommelés aussi,
Sitôt qu'vous vous réveill'rez,
Sans grogner et sans pleurer...

 

 

Dors, petit indien

 Atahualpa YUPANQUI


Dors, petit enfant indien

et rêve aux lunes indiennes

trouant les nuits d’obsidienne

sans sorcières ni lutins.

 

Dort le fleuve entre ses pierres

et la vallée sous ses brumes.

Sur les pics noyés de lunes

la mort affûte ses serres.

 

Un jour viendra, mon garçon,

où un soleil, un deuxième,

se coulera dans tes veines.

Et dans ton cœur, des chansons.

 

Exacts, viendront les solstices

- amertume, amour et miel -

et rôderont dans le ciel

des punas des maléfices !

 

Tu cracheras sur la terre

ton silence séculaire.

Rêves, lunes et rengaines,

de jours en nuits, ils s’égrènent.

 

Dors, petit enfant indien.

Crie au destin qui t’empoigne

ta liberté de vigogne

et que la vie t’appartient.

 

 

Les rites

Denise Jallais

 

Je te dis

Bonsoir Cerise

Bonsoir Pain d'épice

Dors bien mon sapin

À demain laitue

Sois sage écureuil à la crème

Et tu ris

Tu ris de toute ta bouche claire

Et j'entends ton cœur qui bat fort

Comme celui d'un faon qui court

Et tu m'embrasses

Et tu jettes tous

les draps

Et tu tires mes tresses

Et tu me dis bonsoir à l'oreille

En trébuchant

Sur tes deux ans

Et ton pyjama

 

Les corridors où dort Anne qu’on adore

Claude Roy

 

La petite Anne, quand elle dort,
où s'en va-t-elle ?
Est-elle dedans, est-elle dehors,
et que fait-elle ?
Pendant la récré du sommeil,
à pas de loup,
entre la terre et le soleil,
Anne est partout.
Les pieds nus et à tire-d'aile
Anne va faire
les quatre cents coups dans le ciel.
Anne s'affaire.
La petite Anne, quand elle dort,
qui donc est-elle ?
Qui dort ? Qui court par-dessus bord ?
Une autre et elle.
L'autre dort et l'une a des ailes,
Anne dans son lit, Anne dans le ciel.

 

 

 

Pour apprendre aux enfants

l'usage des gros mots

Claude Guillot

 

Prenez un gros mot : éléphant

et découpez-le en rondelles

regardez ce qu'il y a dedans.

Il y a l'aile, il y a le faon

et le total c'est l'aile et faon.

Mais direz-vous c'est étonnant

les éléphants ont-ils des faons ?

Non les éléphants n'ont pas d'ailes

puisqu'ils voyagent en avion

et ils n'ont pas non plus de faons

Mais des petits éléphanteaux.

Ils ne vont jamais à l'école

mais ils vont parfois au zoo...

 

 

Les quatre cents coups

Claude ROY

 

Quand le chat n’est pas là

que font les souris ?

 

Les souris dansent, les souris pensent :

« On s’amuse bien, le chat est parti ! »

 

Quand le vacher n’est pas là

que font les vaches à l’étable ?

 

Les vaches vont brouter leur lit,

les vaches montent sur les tables.

 

Quand la grande ourse est en vacances

les petits ours rient et dansent.

 

Et quand les parents sont partis

que font les enfants si gentils ?

 

Ils font les fous, les casse-cou.

Ils font les quatre cents coups.

 

 

L’île des rêves  
Jacques CHARPENTREAU



Il a mis le veston du père,
Les chaussures de la maman
Et le pantalon du grand frère
Il nage dans ses vêtements.

Il nage, il nage à perdre haleine.
Il croise des poissons volants,
Des thons, des dauphins, des baleines...
Que de monde, dans l'océan!

Écume blanche et coquillages,
Il nage depuis si longtemps
Qu'il aborde enfin au rivage
Du pays des rêves d'enfants.

 

 

LA POUPÉE OUBLIÉE

EDITH JACQUENEAUX

 

Tout au fond du grenier
La poupée oubliée
Se souvient d'autrefois
du temps de la dînette,
du temps de la toilette,
du temps des amourettes
avec le fils du roi.
Sur la paille, elle a froid,
elle a peur d'un vieux rat,
elle tremble, grelotte;
son amie l'araignée
dans un coin lui tricote
un très long cache-nez;
la girouette l'endort
avec des chants rouillés.
Si tu vas au grenier
rapporte la poupée;
nous la réchaufferons
à notre feu de bois.

 

 

La poupée malade

Maurice Carême

 

Je sais enfin pourquoi

Ma poupée est malade.

Chaque nuit, en cachette,
Elle fait sa toilette

Et court au bal masqué
Où les pierrots poudrés

Et les polichinelles
Ne dansent qu'avec elle.

C'est un chat du quartier
Qui me l'a raconté !

Et moi qui la soignais
Au thé de serpolet !

"C'est bien, Mademoiselle
Avec une ficelle,

 

Je vous lierai, la nuit,
Au pied de votre lit."


Carmagnole

Christian Poslaniec

 

Je voudrais bien te dire,
Mon enfant d'aujourd'hui
Que j'ai peur de tes jouets
qui marchent, télévirent
et crachent des boulets.
Je crains qu'un jour, bientôt,
tes autos jouent sans toi,
tes poupées s'amusent entre elles.

Et tu resteras là
dans un coin, le cœur gros,
à les regarder jouer
électriques et glacés.
Et puis tu rouilleras
comme un jouet d'autrefois
longtemps abandonné,
le ressort cassé
le cœur froid

 

 

Le petit chaperon rouge

Maurice Carême

 

" Chaperon rouge est en voyage «,
ont dit les noisetiers tout bas.
Loup aux aguets sous le feuillage,
N'attendez plus au coin du bois.

Plus ne cherra la bobinette
Lorsque, d'une main qui tremblait,
Elle tirait la chevillette
En tendant déjà son bouquet.

Mère-grand n'est plus au village.
On l'a conduite à l'hôpital
Où la fièvre, dans un mirage,
Lui montre son clocher natal.

Et chaperon rouge regrette,
Le nez sur la vitre du train,
Les papillons bleus, les fleurettes
Et le loup qui parlait si bien.

 

 

Le Petit Chaperon rouge
Maurice Bouchor


Fort gentille, elle est coiffée
D'un mignon coquelicot.
On croirait voir une fée
Qui trottine en fins sabots.

« Où vas-tu, Chaperon rouge,
Gazouillant comme un oiseau ? »
« Je m'en vais bien loin, seulette,
Sous l'ombrage murmurant,
Et je porte une galette
A ma bonne mère-grand. »

 

 

Histoires de pirates

Robert-Louis Stevenson

 

Trois des nôtres à flot balancés dans le pré,
Trois des nôtres dans l'herbe à bord d'un gros panier.
Soufflent dans le printemps les vents qui sont dans l'air,
Les vagues dans le pré sont vagues de la mer.

En étant embarqués, où tenter la conquête,
Guidés par une étoile et bravant la tempête ?
En route pour l'Afrique, installés à la barre,
Pour Babylone, ou Rhode Island, ou Malabar ?

Voici une armada qui nage dans la mer
Bétail sur la prairie tout à fait enragé,

 

Qui charge en mugissant ! Vite il faut nous sauver:
Le perron est le port, le potager la terre.

 

 





Liste de mes histoires
sur internet



Voir les commentaires

commentaires

Cristina 26/09/2008 13:15

Tous les problèmes des adolescentes viennent de l'influence de l'entourage...
Jour après jour nous voyons des adolescentes avec des "problèmes" qu'ils appellent "plaisir": drogues, fumeurs, alcools, club de jeunes, filles, garçons...
En que étendue faut donnes a les adolescentes ces choses? Le prix du désir pour l'adrénaline?

yana_5 24/09/2008 20:34

bonsoir par ici Joce :-)un concours ppour enfnats écrivains...c'est vrai que certains sont bien précoceset le poème sur les enfants et trop beau.j'espère que ça va? et te fais de gros bisouset je remercie midoluu :-) pour ses visites nombreuses

brico52 24/09/2008 13:00

J'ai un faible pour "petits moments d'amour en peinture". Les autres sont belles aussi et ce concours a dû être génial pour les participants.A bientôt.Domi

Pascaly :0026: 24/09/2008 12:34


Je ne sais plus si je te l'ai dit, mais j'ai découverte un album super : " ce que mangent les maîtresses " de Bruel et Bozellecun bonheur !!Un p'tit coucou .... et des gros bisous
Pascaly

eleonore 23/09/2008 21:43

J'ai toujours un faible pour les livres d'enfants et je craque sur les images...un vrai bonheur pour moi 

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog